Erosion pluviale et gestion des terres agricoles dans le bassin du Zou PDF

L’érosion des sols répond non seulement aux différences dans l’intensité des précipitations, mais aussi à la quantité totale de précipitations 32.


La présente étude vise à analyser les manifestations de l’érosion pluviale et le mode de gestion des terres agricoles dans le bassin du Zou (Bénin). Pour évaluer les effets de l’érosion pluviale sur les terres agricoles, l’approche méthodologique a consisté à la collecte des données pluviométriques, démographiques et cartographiques. Les outils utilisés pour quantifier le phénomène sont des piquets d’érosion et des pièges à sédiments. Les investigations en milieu réel portent sur les secteurs où les terres agricoles sont les plus dégradées. Il résulte de ce travail que les quantités de terres érodées et déposées sur les sites sont donc de 4482, 2 g de sédiments. Cette dégradation est due d’une part aux caractéristiques physiques du site et d’autre part, elle est amplifiée par les actions humaines. Ainsi, la dynamique de l’occupation du sol a montré une régression des formations naturelles de l’ordre de 38, 62 % au détriment des formations anthropisées qui ont progressées de 61, 38 %. Pour y remédier, des aménagements antiérosifs ont été proposés et une sensibilisation de l’acceptabilité par la population des techniques culturales les plus efficaces.

Pour une description méthodologique détaillée sur les sources de données, l’étalonnage du modèle, le calcul des variables et les liens vers les bases de données et les codes, veuillez vous reporter à la méthodologie de l’annexe 1. Cependant, la proportion de l’érosion accrue des sols dans les zones de pluies accrues était inférieure à celle de la diminution de l’érosion des sols; suggérant que les changements dans les précipitations ne contribuent pas beaucoup à la modification de l’érosion des sols dans la zone d’étude. Les boisés de plantation avec des essences exotiques telles que l’espèce Eucalyptus, Gravilea robusta et Cuprusus lustanica étaient courants.-}