Le Christianisme et la Philosophie PDF

Pour celui qui a déclaré à son procès qu’il avait appris par son obéissance à l’oracle de Delphes que la sagesse humaine avait peu de valeur n’aurait pas rejeté le don de la sagesse divine si l’Oracle l’avait offert à lui.


La question si haute et si grave de l’éducation publique, tant agitée depuis quelques années et qui semble aujourd’hui plus loin que jamais d’être résolue, l’attitude que le clergé de France a prise dans ce débat orageux, les prétentions extraordinaires élevées par le corps entier de l’épiscopat, ont fait renaître avec éclat deux problèmes qui occupent et passionnent en ce moment tous les esprits. L’un de ces problèmes est essentiellement politique, c’est celui des rapports de l’église avec l’état ; l’autre a un caractère plus général et une importance peut-être plus relevée, c’est le grand et éternel problème des rapports de la religion et de la philosophie.

C’est pourtant le sens de la philosophie qui domine aujourd’hui dans notre monde moderne, et ce sont les praticiens de cette philosophie qui remplissent les postes d’enseignants dans les écoles et les universités. La Forme du Bien était la forme ultime pour Platon, dont toute autre forme tirait son bien, mais elle était impersonnelle. Je pense que voir que le christianisme peut montrer ce degré de vertu épistémique est une raison d’être attiré vers elle, mais cela est accessoire à mon objectif principal.-}