Napoléon à Sainte-Hélène: La conquête de la mémoire PDF

Et n’est-ce pas très naïf de penser que toute la brutalité entre 1799-1815 vient de Napoléon lui-même et que toutes les autres nations européennes avaient des mains propres.


Conquérant, il a été comparé à Alexandre et à César. Chef d’Etat, il a marqué d’une empreinte durable les villes, les lois, les religions. Souverain, il a possédé quarante-sept palais et allié les siens aux plus grandes familles d’Europe. Le voici prisonnier sur une île de 122 kilomètres carrés au milieu de l’Atlantique. Pour territoire, un plateau nuageux enserré par un cordon de fantassins britanniques. Pour demeure, une maison humide et infestée de rats. Pour cour, une quinzaine de fidèles et de serviteurs désemparés. Et l’oblitération de son nom, partout où la renommée, autrefois, l’avait fait résonner. Voilà le théâtre de son dernier combat. Malgré l’adversité et la précarité, contre les petitesses de l’exil, contre l’oubli, Napoléon, bien que vaincu, remporte à Sainte-Hélène sa dernière victoire, celle de la mémoire. Cet ouvrage met en contexte les objets humbles ou glorieux – souvent inédits – qui ont entouré l’Empereur dans ses derniers moments, ainsi que les récits et les images qui ont façonné la légende.

En outre ses améliorations du système d’égout, une meilleure éducation, de meilleures routes, une banque nationale, fin aux luttes religieuses, système métrique etc. Les événements se sont produits en novembre 1799 (18 Brumaire dans le calendrier révolutionnaire français, par lequel il est devenu proverbial). Monge était entièrement d’accord avec l’opinion du général en chef.-}