Paris, dômes sacrés du Grand Siècle PDF

Des concerts, une énorme piste de danse, un bar génial, et des gens alignés dans des lignes qui entouraient le bloc pour entrer dans la porte.


A la suite du concile de Trente et de la Contre-Réforme, l’Italie, puis la France voient naître une architecture religieuse nouvelle caractérisée par la présence d’un dôme sur des édifices destinés à exposer aux fidèles la religion catholique réaffirmée. C’est ainsi que Paris s’enrichit tout au long du XVIIe siècle d’une série majeure d’églises à dôme, toujours plus vastes et ambitieuses au fur et à mesure que le pouvoir royal investit ces espaces religieux. Une introduction à la fois synthétique et précise retrace l’évolution architecturale et symbolique du dôme. Chacun des dix édifices parisiens retenus fait l’objet d’une monographie qui le replace dans son contexte historique et politique en s’appuyant sur un véritable récit, vivant et riche en anecdotes. L’iconographie historique est complétée par une importante campagne photographique contemporaine, qui permet de découvrir les innovations architecturales qu’ont été ces dômes baroques parisiens.

Saisissant leurs hachettes, le pêcheur et son compagnon se préparèrent à se défendre, quand l’énorme tronc se libéra de lui-même et que le diable lui-même en sortit, fantôme dont la tête était couverte d’un masque noir comme un casque. Là où les bulgares avaient élevé leurs dômes sur de minces tambours, les Russes élevaient et agrandissaient leurs dômes, développant par la suite les formes pittoresques d’oignon habituellement associées à la Russie. Comment concilier ces deux projets? « , Pp. 1-2.-}