Plantes médicinales d’hier et d’aujourd’hui PDF

L’écorce de l’arbre de quinquina contient l’alcaloïde quinine, traditionnellement donnée pour le paludisme.


A travers l’histoire qui nous est contée, celle des hommes et des plantes depuis la nuit des temps, et l’expérience actuelle de Marie d’Hennezel-Whitechurch, la force des plantes médicinales, au service du bien-être de l’homme, apparaît comme une évidence. Ce livre remet au goût du jour l’utilisation de tisanes à base de plantes cueillies dans un site naturel préservé.
Autrefois, pour les Anciens, l’usage médicinal des plantes faisait partie intégrante du quotidien. Attentifs au moindre signe que la nature manifestait, nos ancêtres vivaient au rythme des saisons. La nature, confiante, leur offrait ses secrets et ils perçaient son langage. Cette relation entre l’homme et la nature était simple, l’un et l’autre se montraient indissociables, indispensables à l’équilibre de la vie. Aujourd’hui, la surexploitation des ressources végétales, la transformation des paysages, l’invasion des espèces exotiques, la pollution des sols, de l’eau et de l’air bouleversent l’équilibre écologique planétaire. Il est urgent de protéger les plantes. Et cette protection passe par une meilleure connaissance de celles-ci. La culture biologique fait la richesse de l’activité de Marie d’Hennezel-Whitechurch, qu’elle nous transmet au fil de ces pages.

Malheureusement, en l’absence de contrôles réglementaires plus stricts, la production et la vente de médicaments à base de plantes dans les pays en développement constituent un inconvénient majeur de la médecine traditionnelle. La décoction à 65% était la forme de traitement la plus populaire. Elle organise des voyages selon vos besoins et s’il y a un groupe que vous souhaitez rejoindre ou si elle souhaite voir si elle peut arriver, elle sera plus qu’heureuse de l’adapter.-}